J'adore Halloween. Les festivités de la Samain sont surement mon moment préféré de l'année, et cela m'attriste de plus en plus de voir les commerciaux les pourrir.

Alors plutôt que râler sur [insérer réseau social à la mode], j'ai préféré ré écrire une des histoires qui font que j'adore Halloween : l'histoire de Jack et de sa lanterne.

 

Nous sommes dans la campagne irlandaise en un temps fort reculé. En ce temps-là vivait un homme qui s'appelait Jack. Jack était maréchal-ferrand et battait la campagne pour ferrer les pieds des chevaux. Jack était aussi, comme tout irlandais qui se respecte, un ivrogne qui en profitait pour battre les tavernes du pays. Et s'il pouvait se faire inviter, c'était encore mieux, car Jack n'aimait pas dépenser ses sous et préférait que les autres le fassent à sa place.

Un soir, lors de sa traditionnelle pause dans la taverne du coin, Jack déjà un peu éméché bouscule un client un peu particulier. Car ce soir-là, dans cette taverne-là, le Diable est attablé et cherche une âme à corrompre. Le Diable va alors lui proposer ses faveurs en échange de son âme, et Jack hésite à se laisser convaincre. Il demande alors au Diable de lui payer un dernier verre avant de donner sa réponse. Le Diable accepte et se transforme en piécette qui roule sur le comptoir en direction du tavernier... mais est stoppée par la main de Jack qui attrape la pièce et l'enferme dans sa bourse, dans laquelle se trouve entre autres une petite croix. Le Diable pris au piège n'a alors d'autre choix que de négocier avec Jack, qui accepte de le relâcher à la condition qu'il ne vienne réclamer son âme que dix années plus tard.

Les années passent, dix précisément, et Jack un soir croise sur son chemin le Diable venu réclamer l'âme qui lui a été promise. Jack se voit piégé, obligé de tenir sa parole, mais demande avant cela que le Diable lui cueille un des fruits du pommier qui se trouve près du chemin. Le Diable accepte, grimpe sur les épaules de Jack puis sur les branches de l'arbre... sur lequel Jack, qui a sorti son couteau, sculpte alors une petite croix. Le Diable est piégé une nouvelle fois, une nouvelle fois forcé de négocier avec Jack qui lui fait alors jurer que jamais il ne prendrait son âme. Ce que le Diable, faute de meilleure option, accepte et Jack efface alors la croix du tronc de l'arbre.

Seulement quelques années plus tard, Jack, comme tout humain, finit par mourir. Il se présente au Paradis, mais les portes ne s'ouvrent pas pour tel ivrogne. Alors il se présente en Enfer, mais le Diable lui rappelle qu'il a promis que jamais il ne prendrait son âme. Alors Jack négocie une dernière fois avec le Diable, qui lui donne un charbon ardent que Jack place dans un navet qu'il a lui-même creusé, afin d'en faire une lanterne pour éclairer son chemin dans l'éternelle obscurité.

Car Jack est désormais condamné à errer seul et sans but jusqu'au jugement dernier. Et l'on dit que chaque année, pour Halloween, le soir de sa mort, on peut encore croiser dans la campagne Jack et sa lanterne.

 

Cette histoire que beaucoup croient inventée par les Américains, elle y a en fait été importée d'Irlande et provient d'un vieux conte celtique. Le navet a été remplacé par la citrouille, plus fréquente  aux Etats-Unis effectivement, lors de la grande famine  de 1845-1850 qui a provoqué un exode massif des irlandais sur cette terre nouvelle.