Pour ce vendredi, quand j'ai fait le décompte du nombre de groupes que je connaissais dans la journée, j'ai eu peur. Très peur. Bon, ok, j'ai également compté tellement de clashs que j'ai fini par renoncer à venir.

Alors pour éviter que le présent article soit trop long et indigeste, j'ai décidé de le scinder en deux parties : les main stages d'un coté, et les autres scènes de l'autre. On va commencer donc par traiter les groupes présents sur les autres scènes ce jour-là. Bonne lecture !

Warzone

 

Lion's law

Lion's law ou la curiosité a un peu tué le chat, en l'occurrence moi. On a un groupe de "oï" parisien selon le site du Hellfest. Ne sachant pas à l'époque ce qu'est la "oï" (et craignant un peu le pire, parce que sans tomber dans le préjugé quand tu vois sur l'image d'un groupe parisien des jeunes tapant une pose à la James Bond lowcost... voilà voilà quoi), je suis allée interroger mon ami Wiki qui m'a dit ceci :

" La oi ! (interjection issue de l'argot anglais, contraction de hey you! (hé toi !)) est un sous-genre du punk rock originaire du Royaume-Uni de la fin des années 1970. Cette musique et sa sous-culture associée ont le dessein de rassembler les punks, skinheads et des jeunes de la classe ouvrière (parfois appelés herberts)."

En résumé un sous-genre de punk dérivé des skinhead... j'avais ptêtre un peu raison de craindre le pire en fait...

Donc, on a < un tas de têtes de noeuds > au crâne rasé qui sautent les portiques du métro avant d'aller chourer des fringues parce que "lol t'as vu on est trop des rebelles", le tout en beuglant "for my clan" avec un accent tellement mauvais que j'ai cru qu'ils disaient "for my king" parce que ça fait trop cool de chanter en anglais t'as vu...

Perso ça a fait direct oubliettes...

 

Cock sparrer

Je connais mal et n'écoute que très peu mais je devais les citer. Groupe de punk tournant avec la même formation depuis les années 70, même s'ils n'ont jamais été les plus connus du genre, ce sont les précurseurs du punk brit version classe ouvrière (et parait-il du oï donc). Des légendes dans leur genre pour résumer.
Musicalement, pas de surprise donc, c'est du < punk East End du plus classique > à l'origine de pas mal d'hymnes de supporters de foot anglais. Pas ce que j'écoute le plus, mais agréable quand même et d'un niveau incomparable avec les précédents...

 


 

 

VALLEY

 

Glowsun

Glowsun fait partie de mes découvertes de l'année, à force de lire des avis positifs sur ce groupe de stoner français tournant depuis une dizaine d'années j'ai fini par aller écouter < ceci > et par apprécier ce que j'ai découvert, à savoir un groupe fort planant même si je reste un poil mitigée sur leurs textes. 

 

Mastodon

On part aux USA avec un mastodonte d'un genre méconnu appelé le sludge (progressif dans le cas qui nous intéresse). "Sludge" en anglais veut dire "boue", et c'est un peu l'idée de base : un mix entre les rythmes lents et lourds du doom et les thématiques punk, mais avec un son distordu, sale comme si le guitariste jouait en plein marécage.

Mastodon est un groupe relativement récent (toute fin des années 90) n'ayant connu qu'un seul changement (le chanteur, remplacé en 2000 par l'actuel). L'appellation sludge pour eux est souvent contestée, parce qu'ils jouent aussi sur < des mélodies plus rapides > et < des rythmes déstructurés > selon les chansons (alors qu'elle n'est pas contestable sur < d'autres exemples > ). Et des chansons ils en ont fait, malgré leur relatif jeune âge, en 15 ans d'existence (avant le Hellfest donc) on compte pas moins de 6 albums, 2 albums live, 4 EP et une compilation. Ils ne chôment pas, et pour ma part je ne vais pas m'en plaindre. Ils font partie des groupes que je surveille et que j'irais voir avec plaisir si l'occasion se présente.

 

Wovenhand

Une autre découverte de cette affiche, même topo à force de lire des commentaires positifs sur eux je suis allée aux renseignements.

Wovenhand est donc un groupe d'alternative country américain (revenez ici tout de suite, alternative on a dit). A noter que le groupe est relativement récent puisque fondé dans les années 2000.
Musicalement, on y retrouve les bases de la country, et en même temps < pas tout à fait >. Ca passe ou ça casse, personellement j'adore ce style de voix et l'atmosphère particulière de < certains titres > me plaît beaucoup.

Même s'il est vrai ce n'est pas vraiment le genre de sonorité attendue en plein Hellfest, cela reste une belle découverte, à surveiller de près pour ma part.

 


 

TEMPLE 

 

Argile

On est sur un groupe que je connais assez mal pour la simple et bonne raison que les trouver sur Youtube relève du tour de force. On a un mélange d'avant-garde, de doom et de death, français (cocorico...), qui bleugl... heu chantent en anglais, et pour le reste... ben < c'est du doom >. Ils sont également connus pour < une reprise > de Paradise Lost apparaissant dans un album hommage.

Pourquoi je dis qu'ils sont extrèmement difficiles à trouver ? Parce que bordel qu'est-ce qui leur a pris de choisir un nom pareil, ils n'auraient pas pu s'appeler "mega dépressif of the dead" comme tout le monde ? Plus sérieusement, quand on tape "Argile" sur Youtube, après avoir fait un rapide ménage dans tout ce qui n'est pas musical (lire, les multiples chaînes beauté vantant les mérites de l'argile) il faut faire attention à ne pas confondre avec "Pieds d'argile" qui, eux, sont un groupe de progressive metal finlandais qui parle à ses fans en français... Autant dire mission impossible si on n'a pas les titres exacts des chansons... C'est d'un pratique sans nom...

 

Enthroned

Je connais de loin, parce que le groupe a été fondé par deux ex membres de Morbid Death qu'une amie écoutait (et qui était un groupe de black metal underground, surement un des plus connus pour la simple et bonne raison que le fondateur du groupe est le chanteur suicidé de Mayhem). C'est du black metal belge, pas grand chose à dire à part l'habituel : "ça gueule !" 

En résumé, à ne pas rater pour ceux qui aiment le genre, pour les autres : fuyez !

 

Melechesh

On va commencer par un petit topo prononciation : le nom du groupe se lit "Mélekesh" (et veut dire  Roi du Feu en hébreu pour les curieux). S'il y a bien un genre universel et qui accueille tout le monde, c'est bien le metal (dans le sens large du terme). Pour preuve, on a là un groupe classé selon les sources soit dans les classiques black/death, soit dans une catégorie quasi créée pour eux à savoir le Folk type Moyen-Orient. Et pour cause, ce sont les < oreilles d'Israel > que ces joyeux lurons font saigner. Bon par contre à part pour souligner leur pays d'origine, je ne vois aucune justification au classement folk et encore moins Moyen-Orient...

Assez bizarrement, trouver des infos fiables sur eux relève du tour de force, alors qu'ils tournent depuis 1995 et qu'ils sont quand même assez connus et reconnus. Entre ça, le fait qu'ils soient des champions des chaises musicales et leur orientation de base, clairement ils ne font pas partie de mes groupes fétiches. A réserver à des oreilles averties.

 

Arkona

J'ai découvert Arkona un peu par hasard en recherchant des groupes à chanteuse, et je l'ai retrouvé encore par hasard en lisant l'affiche.
On part dans du pagan metal russe, avec une formation emmenée par une chanteuse donc, mais rien à voir avec les groupes symphoniques (Epica, Nightwish etc). Pour donner une idée du style on peut citer le doux surnom de la chanteuse, "Masha Scream"...  

On est donc plus dans une version sorcière qui récite son livre et < invoque des démons > (soit dit en passant, vu que c'est du pagan et que je ne comprends rien parce qu'elle chante en russe, on n'est peut-être pas si loin de la réalité...).

On ajoute à cela a une voix et une présence envoutantes et ça passe très bien, que ce soit dans des titres < assez énervés > ou < d'autres plus mélodiques >

 

Une fois de plus, on dit < merci Arte > grâce à qui j'ai pu suivre le concert en direct, ce qui a confirmé mon gros coup de coeur pour un groupe assez atypique.


Cradle of Filth

Ils font partie des groupes ultra classiques qu'il faut, à mon sens, au moins passer voir ne serait-ce que pour leur univers. Les décrire reste compliqué : goth pour les uns, black, voire death, voir death mélodique pour les autres, je me contenterai de préciser que le style du groupe dépend du délire du jour de son frontman, "Dani Filth". J'ajouterai que Cradle of Filth fait partie des groupes à chanteuse, mais qui est ici au second plan et n'apparait que comme choriste, et change d'ailleurs régulièrement selon les besoins/envies de Dani Filth. Après, j'ai ma petite théorie perso comme quoi il faut quand même le supporter, l'autre taré...
Ils sont surtout connus pour leurs mises en scène très recherchées, théâtrales et impressionnantes. Ce sont de grands malades (surtout un, vous l'aurez compris), très portés sur l'univers goth, l'horreur et toute la culture autour de Lovecraft. Le genre où l'on finit par se demander si c'est du génie à l'état pur ou s'il ne vaudrait pas mieux tout bonnement les interner et jeter la clé... ou les deux...
Leur titre surement le plus connu (et pour ma part une de mes chansons préférées) et qui donne une excellente idée de l'univers particulier du groupe :

(sur lequel certains auront reconnu la chanteuse de Theatre of Tragedy)

Malsain ? pensez-vous... En même temps, venant d'un groupe qui ouvre le concert par une ode à Cthulhu, vous vous attendiez à quoi ? Avec les paroles, ça donne ça :

J'avais cependant une légère réserve sur la forme du chanteur, il faut l'avouer parfois inégal. Réserve rapidement levée, même si je pense que l'ingé son en charge du concert s'est légèrement fait surprendre... :

 

Satyricon

Surement un des piliers du black metal norvégien (qui je l'avoue n'est pas vraiment mon domaine de prédilection...), Satyricon est un groupe assez inhabituel et remarquable.

Déjà, il ne compte que deux membres, fixes depuis 1993. Le premier, surnommé "Satyr", est celui qui a donné au groupe son nom définitif en 1991. Car non, Satyr n'est pas le fondateur du groupe et le groupe tournait avant sous le doux nom d'Eczema, et avait même déjà une certaine renommée dans le milieu. En revanche, Satyr est le chanteur et compositeur du groupe, ainsi que l'interprète de quasi toutes les pistes album. Seule exception ? la batterie, qu'il a bien composée mais est jouée sur l'album par son ami Frost (arrivé en 1993 après le départ du fondateur), deuxième membre actuel du groupe. Alors certes vous me direz qu'il existe de nombreux génies dans la musique capables d'imaginer, écrire, jouer et enregistrer à eux seuls des albums entiers... sauf que réaliser cette prouesse à l'âge d'à peine 17 ans et en faire un des albums phare d'un genre entier, respect.

Il est du coup délicat de parler du passé du groupe, même si on les résume à deux personnes (et donc relativement fixes depuis 1993, date d'entrée de Frost) on peut tout de même mentionner qu'ils étaient en fait trois jusqu'en 1997. Pour commencer, de 1993 à 1996 ils ont tourné avec Samoth, qui deviendra par la suite LE bassiste d'Emperor (dont j'ai eu l'occasion de parler à l'occasion de leur venue en 2014). A son départ en 1996, il aurait été remplacé pendant un an par un guitariste, qui se faisait alors appeler Kveldulv avant de changer de nom de scène et rejoindre entre autres le groupe Darkthrone. Sur lui, mes informations ne sont pas claires. Il est pour certains un membre à part entière de Satyricon durant cette année, pour d'autre juste un guitariste de session (recruté uniquement pour cet album). Le groupe gardera ensuite une formation fixe (le contraire serait malheureux quand même, vu qu'ils ne sont que deux...) mais tourne évidemment avec des musiciens qui les rejoignent pendant les tournées. 

A noter enfin que Frost a défrayé internet il y a quelques années un jour où il a été filmé < embarquant dans un avion >, il faut bien avouer que l'enfant assis à coté de lui n'avait pas l'air très rassuré par son voisin (et je peux le comprendre sur ce coup).

Musicalement, c'est du black, donc pas de surprise : < ça gueule beaucoup trop pour moi >. Je précise au passage que j'ai pris une chanson au pif, je ne sais pas si elle est représentative du groupe et si un fan s'égare par ici et souhaite donner d'autres pistes à écouter, je l'invite à le faire dans les commentaires.

 

Shining

Bon... Comme expliqué lors de la chronique 2014, j'avais à la base fait une légère bourde en confondant les suédois (suicidaires...) avec les norvégiens. Il est grand temps de la réparer.

Le Shining qui nous intéresse cette année est donc un groupe norvégien formé en 1999. Niveau groupe et chaises musicales, on en est au stade où il vaut mieux retenir un nom : Jørgen Munkeby, chanteur, guitariste, compositeur, saxophoniste (oui oui) et seul membre constant.

Pour le genre musical, le plus simple est de se fier au titre d'un de leurs albums : Blackjazz. Non vous ne rêvez pas, on a là un mélange entre jazz et metal (quand je dis que ça ose tout, un metalleux...). Ce qui donne... et bien un mélange que je ne saurais pas décrire et dont je vais donner quelques exemples, comme < cet extrait > de Blackjazz justement ou encore < cet autre titre >.

Autant être claire, me concernant ils partent avec un certain handicap puisque je n'apprécie pas du tout le jazz. Mais je dois admettre que certains titres sont sympas, ont le mérite de ne ressembler à rien que je connaisse et rien que pour ça j'irais surement écouter en live ce que ça donne si j'en ai l'occasion.

 


 

 

ALTAR

 

Shape of Despair

 

On reparle de doom,et on va en résumer le principe général par : c'est l'histoire de mecs qui donneraient des envies de suicide à un David Guetta sous exta. Là on a du funeral doom atmospheric, autrement dit du doom pour ceux qui auraient encore des idées joyeuses après Paradise lost et autres My dying bride. En gros, plus sombre ça porte un nom, ça s'appelle "mort".

Shape of despair est un des vétérans et un des meilleurs représentants du genre. Fondé en Finlande sous le nom Raven en 1995 avant de prendre 3 ans plus tard leur nom actuel, il a connu relativement peu de changements (le principal étant le recrutement en 2001 d'une voix masculine pour répondre à la féminine déjà présente). 

Mais, à la différence des malades de Cradle of Filth, Mayhem et autres Shining, pas de dimension malsaine visuelle ici, hors un spleen ambiant (c'est atmosphérique quoi...). Ca joue sur l'ambiance, des tableaux travaillés comme des oeuvres d'art, une musique qui va avec et décrit sans jamais tomber dans la facilité ou le gore. Personnellement je trouve ce groupe relaxant, ils me permettent souvent d'évacuer les pensées sombres sans tomber dans l'excès ou le désespoir total, je les trouve assez bizarrement très apaisants.

Une démonstration parfaite avec < ce clip > que je trouve perso magnifique. Il n'y a techniquement rien d'extrême, il y a de belles mélodies, aucune image n'est choquante, même le chant est travaillé et contraste avec le growl. Et pourtant j'ai rarement vu un titre décrire aussi bien un état de désespoir que celui-là. En autre exemple de leur génie et leur musicalité, je pourrais citer également < celle-ci >

Par contre le titre montre également ce qui fait que je suis assez mitigée sur la présence de groupes de ce genre en festival. Pour installer une atmosphère il faut du temps, temps que les groupes passant tôt dans la journée n'ont pas forcément. Ce qui est fort dommage.

 

 

Vallenfyre

 

Vallenfyre est ce qu'on appelle un Supergroupe (soit un groupe formé par des membres d'autres groupes existants à coté), et accessoirement le 2ème projet du parolier et guitariste de Paradise Lost, groupe de doom présent l'année dernière. A savoir qu'il a fondé le groupe suite à la mort de son père d'un cancer du poumon en 2009. On ajoute à ça l'ex guitariste de My dying bride (groupe au passage que j'adore, mais jpense que le nom donne une légère idée de leur orientation musicale...), un batteur passé entre autres par Paradise lost et par Cradle of filth et un bassiste dans le même jus.

Donc je prends un des mecs les plus sombres du doom metal, qui vient de perdre son père, et crée un groupe en son honneur, à ton avis ça donne quoi ? Gagné ! Du < metal extreme >. Pour décrire cela de façon très simple, on prend les traits caractéristiques du doom (atmosphère très sombre, textes torturés, rythmes pesants, et j'en passe) et on les pousse à leur extrème. Ce qui donne un résultat fort joyeux (ou pas) et < pas du tout à la limite du malsain >.

Personnellement, j'apprécie tout de même certains mélodies et rythmes, et même par moments le coté un peu tordu. A éviter en cas de déprime cependant...

 

Dying Fetus

Rien que le nom m'amuse... Donc au cas où le nom justement ne serait pas assez explicite, il s'agit d'un groupe de death américain, mélangé à du grind et du hardcore (parce que le death c'était pas encore assez brutasse). < Sans moi, merci... >

 

Children of Bodom

Je préfère prévenir, je les connais principalement par leurs reprises très souvent WTF, comme leur reprise tout en finesse (ou presque) de < Britney Spears > ou encore une version de The Final Countdown d'Europe que je n'ai pas encore réussi à trouver sur youtube parce que certains confondent (ou font exprès de confondre, au choix) avec les versions plus récentes de Dispatched et Norther. Soit dit en passant, beaucoup leur attribue des reprises qu'ils n'ont en réalité jamais faites (comme One de Metallica, autre reprise de Dispatched) donc méfiance par rapport à ce que vous pouvez trouver en ligne.

A part cela, Children of Bodom est un groupe de death mélodique finlandais, formé en 1993 sous le nom d'Inearthed et connu sous son nom actuel depuis 1997. Les membres fondateurs, et seuls à ne jamais avoir changé, sont le chanteur et guitariste Alexis Laiho et le batteur dont je n'arrive jamais à retenir le nom (Jaska Raatikainen, merci wiki) parce que je ne parle pas finlandais. Ils ont eu quelques chaises musicales, mais finalement relativement peu compte tenu de leur longévité. Seul le guitariste rythmique a changé deux fois (dont une en 2015, juste avant le Hellfest), le bassiste et le claviériste une seule.

A noter enfin qu'ils font partie des groupes à mascotte, la leur s'appelant Roy et représentant simplement la Faucheuse (une grande silhouette avec une cape noire cachant son visage et armé d'une gigantesque faux).

Ils se classent donc dans la catégorie "ça gueule mais c'est supportable" , surtout < certaines chansons > qui se rapprocheraient presque du power metal (à part la voix bien entendu). Est-ce que ce "presque" me les rendrait supportables en live ? Aucune idée, je n'ai pas encore eu l'occasion de les croiser mais si j'ai une occasion ils font partie des rares groupes du genre que j'irai surement écouter par curiosité.

 

Meshuggah

On retourne chez les suédois pour le dernier groupe des autres scènes avec du metal progressif/avant-garde. Meshuggah tourne depuis la fin des années 80, et n'ont depuis leurs débuts changé que leur bassiste. Leur nom est inspiré d'un mot yiddish qui veut dire "fou".

Clairement ce n'est pas un groupe que je connais bien ni même que j'apprécie, les raisons étant résumées dans < ce titre exemple >.