On attaque LE jour qui avait ma préférence, à cause d'un combo de trois groupes sur lesquels je ne suis pas objective du tout. Je n'ai hélas pas eu le choix de la date, je m'y étais pris un peu tard et le samedi était déjà complet quand j'ai pris ma place.

 

WARZONE

 

Millencolin

On attaque par des punks suédois que je ne connaissais pas du tout et qui m'ont été recommandés par un ami à la lecture de l'affiche. Le nom de ce groupe fondé en 1993 fait référence à une figure de skateboard, les quatre membres ayant d'abord été réunis par leur passion commune pour ce sport avant de se lancer dans la musique. Ils ont le mérite également de tourner avec la même formation depuis leurs débuts, même si leur musique a évolué, d'un punk assez agressif à des rythmes plus posés désormais.

C'est évidemment un groupe que je connais peu mais que j'apprécie beaucoup. J'étais entre autres tombée sur < ça > ou encore < ceci >. Bref, je trouve leurs chansons marrantes et je ne vais pas chercher beaucoup plus loin que ça.

 


 

VALLEY

 

Subrosa

Autre formation n'ayant pas changé de line up depuis sa création dans les années 2000, la comparaison s'arrête là puisqu'on part dans le doom américain. Subrosa fait partie des groupes que j'ai découvert lors de recherches spécifiques sur youtube (en l'occurence, groupes à chanteuse), mis de côté et surement recroisés quelques fois sans que cela m'ait tant marquée que ça. Rythmes assez lents, atmosphère pesante, chansons à rallonge (ils n'ont joué que trois titres en 40 minutes de temps de jeu), tous les classiques du style avec le violon torturé en prime.

Et quelle meilleure illustration que le < concert intégral > donné ce jour-là donc.

 

Phil Anselmo & the Illegals

Je crois avoir fait la boulette du siècle dans la chronique originale en oubliant de mentionner le monsieur... Phil Anselmo est LA mascotte du festival, le mec qui est présent sur l'affiche tous les ans, parfois bien visible comme ce jour-là, ou caché dans un projet annexe. Au point qu'il y a tous les ans un pari organisé sur le forum du festival au moment de l'annonce des groupes qui consiste à deviner avec quel projet il sera présent cette fois-ci.

Du coup, certains novices pourraient se demander pourquoi sa venue fait autant de bruit. Réponse simple : Anselmo est le chanteur qui a marqué l'histoire de Pantera. Forcément, il a quelques fans...

Me concernant cependant, je serais bien incapable de citer ne serait-ce qu'un titre de cette formation-là, je vais donc m'abstenir.

 


 

TEMPLE

 

Trollfest

Et c'est à ce moment précis que les chroniques partirent en vrille...

Trollfest est un groupe de joyeux lutins norvégiens donnant dans le folk pur jus. Je ne connais pas vraiment le groupe, simplement parce qu'il est dans ma mémoire associé à < une des reprises les plus WTF > que je connaisse. Vi M'sieur-Dame, on a là un des groupes assez tarés pour faire chanter du Britney au Hellfest, le son est pourri mais pour ceux qui exigent des preuves < video par ici >.

Je ne saurais même pas par où commencer et vais donc attendre la fin du facepalm généralisé pour passer à la suite...

 

Skyclad

Adorant le folk et les britanniques, j'étais assez logiquement tombée sur eux lors de recherches sur le genre et le nom du groupe m'a interpelée. En effet, ayant beaucoup lu sur les sorcières et la culture associée, je savais que le terme "skyclad" décrit le fantasme assez commun de sorcières dansant nues sous la pleine lune (on peut le traduire par "portant le ciel comme habit", par extension comme "seul" habit).

J'ai donc jeté un oeil et une oreille, non pas pour vérifier si les membres du groupes dansent nus sous la pleine lune (je ne suis pas désespérée à ce point) mais pour voir < ce que ça donnait >. Tournant depuis les années 90, ils font partie des pionniers du genre et en ont posé pas mal de bases. Cela dit, on revient à des groupes ayant tellement changé de line-up qu'il devient quasi ridicule de garder le même nom (seuls le bassiste et un guitariste n'ont jamais changé...).

A noter qu'ils font partie des < concerts filmés par Arte >. Autant je suis anti télé, autant Arte Concert qui non seulement filme mais en prime les mets à disposition gratuitement derrière (sous couvert d'accord des artistes), un énorme MERCI !

 

Shining

Je les connais plus pour le folklore autour du groupe que pour leur musique, n'étant pas de base ce que j'écoute. Cela dit, je les avais totalement zappés sur l'affiche de 2014. Ils m'ont valu un magnifique epic fail en 2015 car en fait, des groupes qui s'appellent Shining, il y en a deux... Un norvégien (qui était donc présent en 2015 et à retrouver sur la chronique correpondante) et le groupe suédois présent en 2014. Hors en 2015, j'avais confondu et présenté les suédois en me demandant pourquoi donc le site du Hellfest les classait dans le style musical des norvégiens. Genius. J'ai depuis approfondi mes recherches et ai donc pu rectifier mon erreur.

Je ne vais exceptionnellement pas parler de musique, mais du reste... qui n'est pas forcément mieux. Les suédois de Shining font dans le black metal depuis les années 90, et plus particulièrement le black tellement violent qu'ils sont souvent qualifiés de black suicidaire. Je dis assez souvent (même si je sais qu'il s'agit de techniques de chant) que je ne comprends pas comment les cordes vocales de certains résistent à ce qu'elles subissent. Dans son cas, je me pose la même question... mais pour l'intégralité dudit chanteur : je ne comprends pas par quel miracle ce mec est encore vivant et en un seul morceau (encore que ce point-là reste discutable).

C'est très simple, ce groupe ferait passer les groupes de doom pour de joyeux lutins sous exta batifolant dans la forêt. Leurs chansons tournent en gros autour de 2 thèmes : le suicide et l'autodestruction. A éviter en cas de coup de blues, parce qu'eux filent carrément le mode d'emploi pour se faire des morpions à coups de lame de rasoir sur les veines...

Pour le nom du groupe, rien à voir avec le livre ou le film. C'est parait-il une référence à la voie philosophique de "l'illumination", qui définit la philosophie du chanteur (qui voit donc l'illumination version je me flambe les bras après une séance de scarification... chacun son délire).

Soit dit en passant, ils sont aussi principalement connus pour un coup de pub d'un goût extrêmement douteux en 2006. Durant l'été a plané une rumeur comme quoi le chanteur se serait suicidé (et pas raté, ce coup-ci), rumeur reprise par le groupe qui a laissé planer le doute. Le chanteur aurait cependant laissé des instructions précises quant à son successeur, un dénommé "Ghoul" que personne ne connaissait (restant du groupe inclus). Un nouvel album est annoncé, ainsi qu'un concert début 2007 non loin de la ville natale de Taré 1er (désolée pas retenu son nom) sauf que *SURPRIIIIIIIIIIIIIIIIISE* il n'est en fait pas mort, tout ceci n'était qu'une mise en scène. Il débarque en plein concert, fait semblant de tabasser "Ghoul" (qui n'est autre que son grand pote chanteur de Mayhem) et assure le reste du show, jugé violent même par les standards du groupe.

Tout ceci explique que je n'ai jamais adhéré à leur musique, beaucoup trop sombre, trop décrit, trop gore pour moi. A noter qu'ils ont aussi une liste d'ex membres longue comme le bras, de là à dire que le chanteur les a tous fait fuir...

Pour ceux qui sont curieux ou apprécient, là encore ils peuvent dire < merci à Arte >. Pour les autres, qui ont cliqué et sont actuellement en facepalm à se dire "ah oui quand même", vous étiez prévenus...

 

Eluveitie

On attaque mes (re)découvertes de cette édition avec un groupe Suisse donnant dans le folk celtique tournant depuis les années 2000. J'ai suivi d'une oreille curieuse leurs débuts, sachant qu'à la base il s'agissait d'une collaboration studio qui ne devait pas forcément partir en tournée, pour des raisons entre autres logistiques liées à l'utilisation de nombreux instruments anciens. Sauf que ça a tellement bien marché qu'ils ont finalement décidé de tenter la tournée et, après quelques chaises musicales, se sont lancés sur scène.

Donc Eluveitie des débuts, même si certains l'ont un peu oublié avec l'évolution (plus commerciale, il faut le reconnaître) du groupe, c'était ça :

Ou, avec une reprise d'un air qu'à peu près tout le monde connait, ça :

Puis arriva la chanteuse... Enfin plus précisément, puis ils eurent l'idée de faire chanter Anna Murphy, ce qui signa pour les puristes du "c'était mieux avant" la mort du groupe. Bon, personnellement, j'adore la voix de ladite chanteuse et trouve qu'elle colle très bien à ce style, même si je peux comprendre que cette évolution déçoive les fans de la première heure.

Leur autre particularité est de remettre en chanson une langue éteinte, l'helvète, reconstituée après des recherches sur des écrits historiques. Le nom du groupe vient d'ailleurs d'un de ces écrits, traduit en étrusque par "elvetios" (autrement dit "suisses"), comme par exemple :

Bref, je ne vais pas toutes les mettre, Eluveitie est un groupe que j'adore depuis leurs débuts et dont j'ai apprécié l'évolution. Je les ai raté au Hellfest mais ai eu le plaisir de les voir plus tard en concert et ça reste un excellent souvenir.

Eluveitie faisant partie des concerts filmés par Arte, < de rien >.

 


 

ALTAR

 

Carcass

On repart dans les trucs que je connais, que j'ai écoutés par curiosité et que j'ai fuis pour préserver mes oreilles. Carcass est un groupe britannique formé en 1985 et passé par différents genres et sous-genres de metal extrême. Je retiens d'eux qu'ils sont considérés comme pionniers du death mélodique (qui est le seul sous-genre que j'écoute volontiers).

< Pour exemple >.

 

Tout comme Enslaved la veille, tout dépend de la tolérance de chacun à ce style : perso c'est un bon gros non merci, mais si le genre est apprécié ils restent de grands classiques.

 


 

MAINSTAGE 2

 

Of Mice and Men

On repart aux USA, en Californie pour être plus précise, avec un groupe de metalcore que j'ai connu simplement parce que le nom (inspiré évidemment de l'oeuvre de Steinbeck) m'avait interpelée. 

J'avais donc principalement écouté par curiosité des extraits de l'album sorti quelques mois avant le festival. Ca reste plus speed que ce que j'écoute habituellement mais j'avais néanmoins été agréablement surprise par des morceaux comme <celui-ci > ou encore < celui-ci > qui leur vaut une place dans ma playlist.

Je n'ai cependant aucune idée de ce que ce groupe donne en live, si ce n'est que je ferais volontiers un détour pour les croiser si l'occasion se présente.

 

We came as romans

On reste aux States et dans le metalcore avec un groupe récent mais que je trouve assez sympa. A la base groupe de lycéens formés sous le nom de This Emergency en 2005, ils changent de nom de groupe pour l'actuel l'année suivante... et changent au passage une bonne partie de leur line up. Pour un groupe qui a à peine 10 ans d'existence, je trouve ça assez triste... même dans leur cas ça s'explique par leurs âges respectifs en début de carrière, certains ayant préféré privilégier leurs études.

Niveau albums il n'y en avait que deux de sortis en 2014, le troisième datant de l'année suivante. On reste dans du metalcore classique, mais avec des mélodies sympas, ce qui au final passe très bien.

< Pour exemple >.

Ca reste un groupe assez récent, à voir donc leur évolution., je les ai cependant notés comme groupe à surveiller de près.

 

Dagoba

On rentre dans les classiques français (youpi) du death mélodique (moins youpi) chantant en anglais exclusivement. Le nom du groupe est une référence à Star Wars (Dagobah étant la planète de résidence de Yoda dans l'épisode V).

Dagoba est LE groupe qui montre que Marseille n'a pas produit que des rappeurs dans les années 90. A la base une bande de potes de lycée écoutant entre autres du Pantera ou du Machine Head, après quelques chaises musicales Dagoba s'est imposé comme un des groupes français les plus connus, tournant tant en France qu'à l'étranger.

< Pour exemple >.

Ce n'est pas forcément un des groupes que j'écoute et connais le plus, mais ils ont leur place dans ma playlist.

A noter : l'intégralité du concert du Hellfest a été retransmis par Arte Concert et le groupe en a même fait un album live (Hellfest MMXIV). Ils font partie des évènements marquants de cette édition, avec un bel aperçu de ce qu'était le fest avant que les organisateurs n'aient l'idée de génie de planter de la pelouse pour limiter la poussière (insupportable sur les mainstages) ainsi qu'un < wall of death assez monstrueux >

 

Soulfly

Quand je disais qu'on aurait l'occasion de reparler des frères Cavalera... On est en 1997, Max Cavalera vient de se casser avec son frère de Sepultura pour désaccords personnels (je ne reviens pas plus dessus) et fonde alors Soulfly. Même délire que pour Sepultura, le groupe va osciller entre thrash et death avec des éléments de harcore voire même de nu metal selon les envies du monsieur (qui suivent grosso modo ce qu'il se passe dans son pays d'origine).

Sauf que là quand il a des désaccords artistiques ou personnels, il décide de ne pas partir... mais de virer les autres. Tous les autres... oui, incluant son frère qui reviendra néanmoins par intérim assurer la basse sur les tournées. Pour compenser, il recrutera son fils Zyon comme batteur en 2012. Ca en devient carrément ridicule à ce niveau-là à mon humble avis... au point que ça m'a totalement fait passer à coté du groupe.

Ils abordent sur leurs albums des thèmes variés mais souvent assez sombres (violence, alcool, esclavagisme, guerre, haine etc). Je vais retenir en exemple < ce grand classique >.

Petite remarque d'ailleurs sur la video : à l'origine, j'avais fait en sorte que les videos s'affichent directement et j'ai eu quelques surprises, dont celle de constater que la chaîne officielle du groupe interdit le visionnage de leurs videos sur une autre page que youtube... ce qui illustre pas mal mon opinion sur l'ego et la sympathie des Cavalera...

 

Avenged Sevenfold

On repart aux USA et on aborde mon énorme coup de coeur de cette journée, ce qui n'a pas arrangé mon sentiment de m'être trompée de date...

A7X pour les intimes (ou ceux qui comme moi ont la mega flemme de réécrire le nom tout le temps) est donc un groupe tournant depuis le début des années 2000. Il est à noter qu'ils faisaient à la base un peu plus dans le metalcore, pour au final s'orienter vers du heavy/hard rock tout ce qu'il y a de plus classique à ma grande joie personnelle.

Niveau visuel, je ne vais pas m'attarder sur leur style (je dois admettre qu'ils ressemblent un peu à un assemblage de douchebags...) mais sur leur mascotte. Comme Iron Maiden, A7X fait partie des groupes identifiables au premier coup d'oeil grâce à leur mascotte, qui répond au doux nom de Deathbat. Parce que :

Source: Externe

Ils sont souvent comparés à Metallica, dont ils s'inspirent clairement (plus ou moins selon les chansons), forcément ça ne pouvait que bien se passer avec mes oreilles. Mais quand les amis que j'ai rejoint le lendemain m'ont envoyé < ceci >,  ce n'est pas une fan que le groupe a gagné mais directement une groupie. J'aime absolument tout dans cette chanson : le coté décalé, l'humour noir (les squelettes en choeur), les paroles totalement WTF (mention spéciale au "'cause I really always knew that my little crime would be cold, that's why I got a heater for your thighs" qui m'a littéralement fait bugguer façon "nan... ils ont quand même pas... oh les cons !"), la mélodie, la voix, le thème... 

Du coup je suis allée explorer un peu. Ils ont eux aussi connu quelques chaises musicales, je n'en mentionnerais qu'une, qui est d'avoir dû faire face à la mort d'un de leurs membres fondateurs, dans leur cas le batteur surnommé The Rev, qui était un ami d'enfance du chanteur et un des principaux compositeurs de leurs titres (ça vous rappelle pas un certain Cliff Burton chez Metallica ?). Le groupe reste très marqué par sa disparition, lui a composé une < chanson hommage > et fait encore référence à lui pendant leurs concerts.

Hors cet épisode, je pourrais mettre en exemple la moitié des videos disponibles vu que c'est un groupe que j'adore. Je ne leur trouve qu'un défaut : en live l'utilisation de bandes sons pour jouer les chansons au plus près des versions albums au lieu de trouver une solution via un arrangement différent. Je n'aime pas du tout ce procédé et trouve ça très dommage (notamment pour A little piece of Heaven, il aurait été plus judicieux pour moi de faire donner la réplique par un des choristes pour ne citer que ça).

En autre exemple, je vais quand même mentionner < ce titre > sorti en 2013 sur l'album Hail to the king (premier du groupe sans aucune contribution du Rev) qui a souvent été décriée comme étant copiée sur Sad but true de Metallica (encore eux), ce qui n'est pas vraiment étonnant puisque l'hommage à ce titre en particulier était souhaité par le groupe. Je pourrais aussi citer dans l'album précedent < la chanson qui lui donne son titre >

Et on va s'arrêter là ou ça va finir en énorme pavé. A7X faisait eux aussi partie < des concerts retransmis par Arte > et toujours disponibles à ce jour, ce qui reste le meilleur moyen de vous faire votre propre opinion sur le groupe.

 


 

MAINSTAGE 1

 

Lez Zeppelin

(précision : il n'y a pas de coquille dans le nom du groupe, tout est expliqué ci-dessous)

On reste aux USA avec un groupe récent exclusivement féminin. Le nom du groupe évoque forcément un autre groupe de légende et sans aucune surprise il s'agit d'un groupe hommage qui reprend les classiques de Led Zeppelin.

Je n'ai strictement aucune idée de ce que ça donne, en live comme en album, ne m'étant pas forcément penchée sur la question, certains groupes pour moi sont intouchables ou pas loin.

 

Skid Row

On reste dans le même pays avec un groupe qui n'est pas vraiment considéré comme étant du metal mais du bon vieux rock. Leur nom fait référence à un quartier de Los Angeles, connu pour avoir la plus grosse communauté de SDF au monde (joie et bonheur).

Forcément moins énervés que la plupart des groupes présents, Skid Row reste un inratable tournant depuis les années 80 et ayant connu son lot de chaises musicales hélas, incluant les chanteurs qui ont changé pas moins de quatre fois (dont une après le fest). Ils font partie de ces groupes ayant continué sous le même nom malgré le départ de leur frontman et parolier/compositeur/etc (Sebastian Bach, ça ne s'invente pas...) en 1998, ce qui entrainera logiquement une grosse pause du groupe jusqu'à leur reformation sous le même nom en 1999... ce qui dans leur cas me pose problème. Changer de frontman est toujours délicat. Surtout quand il est aussi marquant que Bach l'a été, que ce soit pour l'identité du groupe ou même du genre. Il est dans l'esprit général associé à l'explosion dans les années 90 de ces rockeurs à longs cheveux qui ont largement contribué à ouvrir les esprits et les préparer à accepter des groupes moins accesssibles de premier abord (ce qui fait que même si on ne peut pas vraiment les ranger dans la grande famille du metal, ils ont néanmoins largement leur place dans ce festival).

Musicalement, ça donne dans le rock tout ce qu'il y a de plus classique, avec < leur plus gros tube > avec une < voix juste inimitable > ou des < ballades se rapprochant du power metal >, ce qui était un peu la ligne directrice voulue par Bach.

(non mais Sebastian Bach quoi... sérieusement...)

Soit dit en passant je ne suis visiblement pas la seule à avoir du mal avec ce changement. J'ai eu un mal incroyable à trouver les chansons de Skid Row avec le chanteur qu'ils avaient lors de leur passage au fest, < pour exemple >. A noter, en trichant un peu coté dates, qu'ils ont récemment (2017) rechangé et recruté l'ex frontman de DragonForce, ce qui laisserait peut-être présager un retour à leur base plus proche du power metal (du moins c'est ce que j'espère).

 

Extreme

On attaque un gros, très gros morceau. Extreme est LE groupe que je voulais voir sur cette affiche du samedi, vu que j'en suis archi fan depuis l'âge de 6 ans...

Petit flashback dans le milieu des années 80 : je suis alors la fille unique de parents qui se veulent BCBG, aux goûts musicaux assez classiques et ayant une bonne idée de ce qu'une petite fille a envie d'écouter (à savoir par exemple Vanessa Paradis). Sauf que la petite fille en question (moi donc) a une cousine ado qui a 10 ans de plus et fait sa traditionnelle période de rebelle en explorant le metal... C'est elle qui fait que le premier album que j'ai demandé à mes parents est Master of Puppets (leur tronche ? assez priceless...) ou encore qu'à l'âge où toutes mes camarades de classe étaient dans la période boys band j'étais en pâmoison absolue devant Extreme qui venait de sortir leur album le plus connu, à savoir Pornograffitti, qu'ils ont rejoué en intégralité au Hellfest avec le retour à la lineup de l'album. Je vous laisse imaginer à quel point j'étais blasée de les rater...

Extreme a été mis sous beaucoup d'étiquettes à travers les années, à mes oreilles ils restent cependant indéniablement un des trois grands groupes de funk metal avec Faith No More et Rage Against The Machine. Oui je sais, regrouper ces trois-là sous la même étiquette fait grincer pas mal de quenottes, environ autant que l'idée d'associer funk et metal. Parce qu'une courte démonstration vaut mieux qu'un long discours, je vais vous demander d'aller au préalable réécouter du James Brown ( < par exemple > ) et de vous concentrer sur la ligne de basse particulière au funk. Vous l'avez ? Bien. Maintenant écoutez ceci en prêtant la même attention à la ligne de basse :

Compris ? Je vous laisse retenter l'expérience avec les deux autres groupes cités.

Je pourrais écrire un article complet sur ce groupe et je le ferais surement un jour, mais je vais comme pour la chronique qui me sert de base me contenter de vous donner 5 raisons de foncer voir ce groupe même (surtout) si vous ne les connaissez pas.

Raison numéro 1 : on commence par la raison qui fait que toute ma génération connait ce groupe, même ceux qui ne se rappellent pas de leur nom, à savoir :

A moins d'avoir passé votre enfance sur Mars, vous avez forcément entendu cette chanson voire même essayé de pécho dessus. Je ne reviens pas sur la jolie mélodie, mais sur les paroles qui en font à mes yeux une des plus belles ballades sur le sujet jamais écrite. On ajoute un clip épuré, qui montre exactement comment ils jouent la chanson encore aujourd'hui : on débranche tout, le bassiste et le batteur partent en pause, il reste deux chanteurs et une guitare sèche, aucun artifice et ça donne un énorme tube transformant toute une génération en guimauve.

Raison numéro 2 : le guitariste. Bah oui, pour réussir le tour de force cité ci-dessus, il ne fallait pas moins que l'immense talent de Nuno Bettencourt, qui est pour moi juste une légende vivante. A quel point ? demandez-vous ? Démonstration live du monsieur :

Voilà voilà...

Raison numéro 3 : les chanteurs. Parce qu'Extreme a la particularité d'avoir des choristes tellement présents qu'on peut carrément parler de groupe tournant avec 3 chanteurs. Si Gary Cherone est évidemment le frontman et leader du chant; tant Nuno Bettencourt (guitariste) que Pat Badger (bassiste) ont un niveau de chant rare, ce qui fait que le groupe peut se permettre des harmonies bien plus poussées que la moyenne.

Raison numéro 4 : l'incroyable énergie du groupe, et principalement du frontman, en live. Extreme fait partie de ces groupes devant lesquels il est juste impossible de déprimer. Aller à leur concert revient à s'injecter directement l'énergie et la bonne humeur du groupe dans les veines. Pour exemple :

Raison numéro 5, qui regroupe la totalité des raisons ci-dessus : l'incroyable medley qu'ils ont joué lors du concert Tribute to Freddy Mercury. Ils étaient invités au milieu d'un grand nombre de groupes et artistes bien plus connus qu'eux et ils ont assez littéralement volé le show. Il faut dire que Gary est un des seuls chanteurs capables d'approcher l'incroyable énergie véhiculée par Freddy Mercury et que les harmonies particulières au groupe se prêtent très bien aux chansons de Queen. Non je ne suis pas objective du tout. Bref, pour vous faire votre propre idée :

 

Status Quo

Deuxième dans ma liste des inratables du jour, les doyens britannique de cette édition ont donné une leçon de rock à l'intégralité des jeunes présents. Parce que mine de rien, à 60 ans passés, aller assurer comme ils l'ont fait en pleine canicule, RESPECT.

Pour ceux qui ont du mal à retenir les noms des groupes, Status Quo c'est ça :

Et je précise que toute mention à une adaptation française par les Enfoirés vaudra à son auteur l'intégralité de mon grimoire de malédictions. Outre le fait que Status Quo fait pour moi partie des intouchables, les paroles de cette chanson sont un monument, elles tapent juste sur un sujet qui était à l'époque plus que sensible (on est en fin de guerre froide quand le titre sort) et l'adaptation faite est passée totalement à coté de ce sens. Et ça chez moi c'est le goudron et les plumes... pour commencer...

On tape donc dans les ancètres de notre genre préféré, avec un groupe qui tourne quand même depuis les années 60, fondé par le chanteur et guitariste Francis Rossi avec son pote de lycée Alan Lancaster (qui quittera le groupe en 1985, entre autres à cause de soucis de distance, vu qu'il habite en Australie). Soit dit en passant, si le groupe a connu quelques variations de lineup, la tournée 2013/2014 dont le Hellfest fait partie réunissait les quatre membres fondateurs (soit en plus des deux ci-dessus John Coghlan et Rick Parfitt qui est hélas décédé en 2016).

Hors In the army now, Status Quo est également connu pour être un des meilleurs représentants du boogie rock. On l'oublie souvent tellement le tube qu'est la chanson ci-dessus a marqué les esprits, mais Status Quo c'est aussi quelques uns des plus gros succès des années 70, comme :

ou encore :

ou dans les plus récentes, un faible pour les reprises des classiques du genre, dont Proud Mary :

Bref là aussi de la bonne humeur à revendre et je pense que je ne me pardonnerai jamais de les avoir ratés ce jour-là.

 

Deep Purple

Par où commencer... Pour ceux qui comme pour les précédents sont en train de se demander s'ils connaissent, la réponse est oui. Je vois mal comment vous auriez pu échapper à < ceci >. Si vous êtes de ma génération ou avant, vous avez forcément déjà entendu cette légende. Si vous êtes plus jeune, cette chanson a été réutilisée dans tellement de jeux videos (entre autres) que vous connaissez aussi.

C'est cela dit un groupe que je connais finalement assez mal, sorti des quelques incontournables, comme < Child in time > par exemple :

Fondé lui aussi à la fin des années 60, ils sont considérés avec Led Zeppelin comme les deux fondateurs du hard rock. Ils ont ensuite évolué vers du rock plus psychédélique (posez ces champignons tout de suite...) et leur histoire est marquée par les nombreux conflits entre le chanteur Ian Gillan et le guitariste Ritchie Blackmore (qui finira par claquer la porte en 1993).

Sur scène, j'étais un peu sceptique sur ce que ça allait donner dans un festival de ce genre, à juste titre il semblerait puisque le public présent a dénoncé à l'unanimité un Ian Gillan peu impliqué qui avait l'air de sévèrement s'ennuyer. Le concert n'ayant pas été filmé, je vous épargne les vidéos d'une qualité douteuse, facilement trouvables pour les plus curieux d'entre vous.

 

Aerosmith

On en vient donc à la tête d'affiche de cette journée, et au troisième groupe que j'aurais voulu voir. Comme pour Extreme et Status Quo je vais essayer de me limiter, quitte à écrire un article plus complet par la suite.

Groupe de rock américain tournant depuis les années 70, Aerosmith est LE groupe qui prouve qu'on peut tourner 50 ans sans changer les trois quarts des membres du groupe. Ils n'ont en effet connu que trois remplacements, et encore deux d'entre eux (Joe Perry et Brad Whitford) finiront par réintégrer le groupe.

Et on en vient à la fameuse question de ce qui fait d'Aerosmith un groupe à part et totalement mythique. Réponse simple de ma part : Steven Tyler. Je suis totalement d'accord qu'il en fait des caisses sur scène, mais à moins d'être d'une extrême mauvaise foi on ne peut que reconnaître qu'il est et reste l'un des frontmen les plus marquants de l'histoire du rock.

Me limiter à quelques chansons qui m'ont marquée a été assez compliqué, ne vous étonnez donc pas de ne pas trouver dans cette liste certains incontournables (en même temps ils ont tellement de classiques...). Ma préférence va clairement à Dream on :

Mais aussi à l'improbable duo avec le groupe de rappeurs Run DMC :

Ou encore dans les moins connues à cet extrait de l'album plus récent Just Push Play :

Alors, oui ils tirent beaucoup sur le glam, ça surjoue mais ça reste un monument du genre. Je les avais ratés en 2014, je prends ma revanche en 2017 pour leur tournée d'adieu. Je ne peux qu'encourager tous ceux qui hésitent et ont peur d'être déçus à tout faire pour aller les voir.